Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Mensonge et arrogance ou comment Philippe Kaltenbach méprise la justice et les journalistes.

Avant propos:

Je me suis engagé en politique par conviction et contre un système celui de Philippe Kaltenbach que je dénonce depuis 10 ans. Je suis intransigeant sur la probité minimum que doit avoir un élu tout comme un représentant politique.


Je peste contre ces politicards acceptant de se coucher sur tel ou tel sujet pour conserver une place ou en obtenir une autre.
Je suis probablement l'un des plus constants dans ses prises de positions sur Clamart. Reprenez mes propos d'il y a 10 ans ils sont sur nombre de sujets équivalents a ceux d'aujourd'hui.

D'abord sans étiquette puis MoDem, de nouveau sans étiquette car en désaccord avec la prise de position de ce parti aux municipales et Front Démocrate depuis 1 an et demi.

Que je sois encarté ou non, je fais du Lesour, c'est ce que je sais faire de mieux. Lol
Devrais-je changer ce qui fait ma singularité pour plaire davantage ou ne pas déplaire à d'autres? Non, car je serais en désaccord avec moi même et mes principes. De plus ceux qui m'apprécient seraient déçus et pour moi, ça compte.

Aujourd'hui certains me demandent de renoncer à dire la réalité sur Philippe Kaltenbach. Je m'y refuse et en assume les conséquences. Je continuerais à être moi même quoi qu'en pensent ceux voyant de bas calculs électoraux.

Cette soupe réchauffée qui dégoûte les français, je la refuse poliment et je publie comme prévu la vérité sur le déroulement de l'audience de Philippe Kaltenbach.

Merci à ceux qui me soutiennent et ceux voulant le faire davantage, je les y encourage mais ils sont libres.

Le procès...enfin presque

Le 21 octobre Philippe Kaltenbach ex maire de Clamart, ex président de Sud de Seine, ex membre du Parti Socialiste (il est suspendu) ex...Il n'est plus que sénateur et obscur conseiller municipal. J'ai d'ailleurs demandé sa démission car sa seule présence souille l'image de l'opposition en générale.

On attendait l'épilogue de cette affaire pitoyable mais Philippe Kaltenbach par lintermediaire de son avocat a demandé le report de l'audience.
Le motif? Vouloir que l'expert ayant analysé les vidéos qui aurait laissé une "fenêtre ouverte" sur une éventuelle possibilité de trucage puisse venir s'expliquer à la barre. L'expert à déjà rendu son rapport.

L'avocat général s'est étonné de cette demande opportunément tardive et a dit craindre que "l'on se moque de la justice"
Il est curieux que cette demande n'est été formulée que très récemment alors même que l'audience est prévue de longue date.

Pour justifier cela, l'avocat de celui qui a Clamart n'est plus que conseiller municipal de l'opposition prétend que cet expert qui a cessé ses activités dans des condissions curieuses serait devenu introuvable et qu'ils ont eu toutes les peines du monde à le retrouver.

Après s'être retirée pour délibéré, le président à eu beau jeu d'ironiser sur l'incompétence des stagiaires de l'avocat ayant recherché cet expert car "la cours, bien que peu douée l'avait trouvé en 5 minutes sur le net"

Le magistrat affirme à haute voix que la cours accepte cette demande de renvoi uniquement par respect des droits de la défense puis insiste pour mieux enfoncer le clous "et uniquement pour ça!"


Le president de poursuivre en ironisant sur la proximité de la date d'audience avec les présidentielles. "J'espère que cette date vous convient monsieur Kaltenbach? Vous n'avez pas l'intention de vous présenter" ironise le président...non, non répond le prévenu.
Très bien donc 17 Mai conclut le président avant d'ajouter qu'il n'y aurait pas d'autre report "a moins d'une attaque nucléaire ou d'une invasion de sauterelles donc événement très improbable!"

On peu conclure que ni le président, ni le représentant du ministère public ne sont dupes des motivations de demandes de renvoi du justiciable Kaltenbach.

A l'issue de l'audience les journalistes l'interrogent. Il sert son refrain du complot et hautain précise qu'il n'a pas été suspendu du sénat contrairement à ce que le journal le Parisien a écrit. Je prend sa défense et précise que c'est du parti socialiste qu'il a été suspendu.

Philippe Kaltenbach nie, je propose aux journalistes de leur communiquer les documents...inutile me répond une journaliste amusée face à un tel mensonge venant d'un type sortant d'une audience ou le président comme l'avocat général ont pour l'un déploré, pour l'autre ironisé sur l'honnêteté intellectuelle du personnage.


La question n'est pas de savoir si Kaltenbach a distribué des logements sociaux au gré de ses envies mais de savoir si il monnayait ses largesses?


Enfin, comment croire innocent un homme dont le clientélisme est un secret de polichinelle, dont la cours comme les journalistes se gaussent.

Les commentaires sont fermés.