Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2016

Flics ou voyous?

Deux individus rattachés à la police municipale de Clamart ont été condamnés en première instance l'un à 10 mois de prison ferme pour violences en réunion avec ITT supérieur à huit jours et menaces de mort, l'autre à huit mois avec sursis pour violences. Il sont également condamnés à verser solidairement 3500 euros de dommages et intérêts à la victime. 

 

Ces délits sont d'autant plus inacceptables lorsque ils sont commis par des individus accrédités par une autorité pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Le maire, se défend en arguant qu'ils ne sont pas véritablement policiers municipaux. Ils sont rattachés à la police municipale quoi qu'il en dise. Même ses adjoints et soutiens sur les réseaux sociaux continuent à les assimiler à celle ci, ce qui veut tout dire. De plus si il avait écarté ses deux personnages dès qu'il a été informé des faits, il n'y aurait aucun amalgame et aurait agit avec exemplarité...il choisie une autre option. 

 

Il est a souligner que ces deux personnages ont été recrutés comme médiateurs par l'ancien maire Philippe Kaltenbach...je m'interroge sur ses critères d'embauche car il est difficile d'imaginer des gens perdant toute maîtrise de leurs actes et de leurs propos face à une banderole et à un homme prenant une photo pouvant être à même d'apaiser des situations conflictuelles complexes ou le flegme et la finesse d'esprit sont indispensables...Il est difficilement imaginable que ces gens aient les compétences requises pour de tels métiers. 

 

Toutefois, si faute il a eu, c'est bel et bien le maire actuel qui en est le seul responsable. Monsieur Berger a choisi dans un premier temps de les conserver au sein de son personnel de sécurité puis a choisi de les rattacher à sa police municipale. Bravo! 

 

Il est tout aussi discutable d'avoir confié la direction de SA police municipale à un ancien garde du corps de Jean Marie Le Pen qui occupait les mêmes fonctions au Plessis Robinson lorsqu'il y eu cette bavure ou un de ses hommes avait tiré sur un de ses collègues.Quel casting! Bienvenue à Clamart/Plessis

 

Le maire attend la communication officielle du jugement et affirme que "les mesures disciplinaires adaptées à ces condamnations seront prises sans délais" Cela signifie que depuis Septembre, il n'a pas estimé nécessaire d'agir pour protéger les clamartois de ses propres employés rattachés à SA police municipale. Cette attitude est irresponsable, irrespectueuse pour la victime et jette l'opprobre sur l'ensemble de celle ci. Lorsque la sécurité des citoyens est en cause, le premier magistrat de la ville se doit d'appliquer le principe de précaution et à minima de s'enquérir de l'état de la victime présumée. 

 

Lorsque j'ai Interpellé publiquement le maire sur cette affaire un mois après les faits, il s'est drapé d'indignation amalgamant mes propos a du poujadisme et ses individus aux policiers tombés sous les balles des terroristes. Quel cynisme et quelle irresponsabilité! La protection qu'il doit à ses agent s'arrête ou le respect et la protection des citoyens commencent. 

 

L'amateurisme est à proscrire dans les questions de sécurité publique, le maire le découvre à ses dépens et ceux de la victime.

 

Les métiers de la sécurité sont multiples et complexes. Les qualités physiques et morales requises pour les exercer doivent être vérifiés par les diplômes et/ou le parcours professionnel. 

 

Ces gens sont payés par la commune donc par nos impôts. Depuis l'élection du maire LR, je martel que les citoyens via l'opposition ou autre moyen doivent avoir un droit de regard sur le recrutement et plus particulièrement sur le CV des personnels de sécurité ce qui inclut les policiers municipaux comme les agents de prévention et autres médiateurs. 

 

Nous exigeons du maire des explications sur la non mise en retrait de missions sécuritaires de ses deux employés alors qu'il était informé de cette affaire.

 

L'embauche de ses deux individus à été validée par le nouveau maire par leur rattachement à la police municipale, nous demandons quels ont été les circonstances, le niveau de formation et comment ont ils été jugés aptes à occuper leurs fonctions?

 

Nous souhaitons savoir quels ordres ont été donnés à ces gens, en effet, pourquoi retiraient-ils des banderoles appelant à participer à une manifestation dûment déclarée en préfecture? Le maire LR a fusionné le service voirie avec la police municipale?Je comprends mieux...

 

Enfin nous demandons que les sommes avancés par la commune pour défendre un des deux "agents" soient remboursés. Les deniers communaux n'ont pas vocation à subventionner la défense de délinquants rattachés à la police municipale. 

 

Nous sollicitons que ces deux futurs exclus de missions sécuritaires "c'est un impératif!" Soient reclassés pour ne pas créer de nouveaux chômeurs dû à l'amateurisme du maire LR. N'ajoutons pas de la précarité à cette pitoyable affaire.

Les commentaires sont fermés.