Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2016

Loi Travail ou loi chômage? Loi flop!

Une loi, c'est un texte toujours présenté et pressenti comme un progrès par ceux qui la portent.

Une loi, c'est aussi un esprit:

Des congés payés à la création du RMI rebaptisé RSA en passant par le droit de vote pour les femmes,  la légalisation de l'avortement et plus récemment l'ouverture du droit au mariage pour les homos sans oublier l'abolition de la peine de mort, toutes ces lois sont des marqueurs de progrès societaux. Certes, toutes ces lois progressistes et humanistes ont fait grincer des dents en leurs temps mais elles ont finis par être reconnues pour leurs valeurs intrinsèques. 

Souvent, la gauche a été synonyme de progrès et la majorité des lois près cités ont été portées par la gauche. 

La gauche est à bien des égards critiquable mais ce n'est pas l'objet de ce texte. 

La "loi du moment" celle qui fait débat est la loi dite "travail" la mal nommée. 

-Une loi mal présentée:

Il est d'usage lors du début de la présentation d'une loi, de l'expliquer de façon pédagogique et de répondre aux critiques de l'opposition comme de la majorité avec hauteur et pragmatisme, non de brandir la menace du 49-3 comme nous l'avons vu au sujet de cette loi patron. C'est pour le moins un signe de faiblesse d'argumentation et une faute de communication. 

-Une loi bâclée:

Les faiblesses évoqués au paragraphe précédant se confirment! Comment une loi contenant autant d'énormités peut elle être présentée sereinement par un gouvernement de gauche? 

Au départ, celle ci prévoyait:

-Supprimer la garantie de la durée du congé en cas décès d'un proche. 

Si vous perdez votre conjoint ou un parent proche, vous pouvez bien aller bosser.

-Augmentation de la durée du temps de travail de nuit. 

Le travail de nuit implique souvent une réduction de l'espérance de vie. C'est de gauche ça? 

-Augmentation du nombre de semaines consécutives ou l'on peut travailler 44 ou 46 heures. 

J'ai honte pour celui qui a pondu ça. De plus qui peut sérieusement penser que cela va créer le moindre emploi? 

Passons à ce qui perdure dans projet de loi "de gauche?"

-En cas de licenciement reconnu comme injustifié, il n'y aura plus de minimum garenti pour les dommages et intérêts et les indemnités prud'homales devaient être plafonnées à 15 mois. 

C'est l'autoroute pour l'employé kleenex à bas coût. 

-Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques. 

Je préfère m'abstenir de commentaire tant ce point est pitoyable. 

-Une mesure peut être imposée par référendum contre l'avis de 70% des syndicats. 

C'est un point très important réduisant le pouvoir des syndicats. On peut remettre en cause l'impartialité, la représentativité des syndicats mais 70% équivalent à tuer le syndicalisme hors, ils sont des partenaires sociaux à part entière et c'est leur faire offense que d'oser proposer cela. 

-On évoquait le décès d'un proche en début d'article. Maladie et/ou handicap d'un proche, la durée de congé n'est plus garentie.

C'est du marche ou crève. C'est de gauche? De gauche maladroite mais à droite alors. 

-le contrat de professionnalisation ne sera plus nécessairement qualifiant.

Ah? A quoi bon ne pas le supprimer? Ce sera plus honnête. 

-Financement des centres de formation des apprentis privés hors contrat par la taxe d'apprentissage.

Et pourquoi pas remettre au goût du jour le projet de loi Savary? 

-En cas de trop perçu des indemnités chômage, pôle emploi pourra "rectifier" son erreur en se "remboursant sur les allocations des mois suivants sans saisir la justice. 

C'est encore une disposition de précarisation inacceptable. 

-Les temps astreinte seront considérés comme des temps de repos au mépris de la réglementation européenne. 

Et puis quoi encore? Quand on est d'astreinte, on n'est pas libre de disposer pleinement de son temps. D'ailleurs dans ces conditions, quand le salarié sera t'il réellement en dehors la servitude de son employeur? 

-Les malades et handicapées professionnels non reclassés par leur employeur voient leurs indemnités passer de 12 à 6 mois. 

Le patronat n'aurais pas osé le demander. 

Les éléments listés notamment par le site loi travail lol finiront de vous convaincre de la pléthore d'éléments toxiques contenus dans ce projet de loi bâclé au service exclusif du patronat.

Gardons à l'esprit que le passage a l'assemblée et au sénat peut remettre sous forme d'amendements les éléments les plus inadmissibles récemment écartés.  

Que va apporter cette loi, relancer la consommation, remplir les carnets de commandes, rendre leur dignité aux pauvres qui dorment dans les rues et parfois y crèvent, rendre leurs emplois à ceux ayant été remplacés par des machines...?

Non!

Si cette réforme était bonne, le gouvernement l'aurais faite en début de mandat. Là, c'est une loi dilatoire pour obtenir une baisse transitoire et artificielle du chômage pour rendre présentable la candidature de Hollande.

Je remarque que même ceux faisant un gros effort pour soutenir cette loi dans laquelle ils ne croient pas ont de terribles difficultés et une carence d'argument rarement vue en politique.  

La question que se pose les défenseurs de cette loi flop est:

"Comment reprendre la main et soutenir un projet bancal auquel on ne crois pas tout en le critiquant à la marge pour essayer d'être crédibles?"

La hauteur, en politique,  c'est aussi ne pas prendre les gens pour des cons, certains semblent l'oublier.

Les commentaires sont fermés.