Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2014

En toute transparence!

C'est en 2007 que je me suis engagé en politique.

J'étais a l'époque motivé par le constat des carences de la politique sociale de Philippe Kaltenbach.
dont ma mère et moi avions subit les conséquences.

J'ai dans un premier temps pris attache avec l'équipe de Jean Didier Berger. Dans son local de campagne, plusieurs militants étaient présents. j'exposais mes constats et griefs.

La présentation, du candidat BERGER, m'a surpris.
On me le Dépeint comme un jeune homme, beau et formé par Pemezec dont il est directeur de cabinet puis on me montre son affiche avec fierté.

je reste interdit et répond qu'il a 2 ans de moins que moi,il n'a aucune expérience, c'est un handicape.
Il est beau dites vous? et après? Je ne cherche pas un copain mais un candidat sérieux capable de gérer Clamart.
Votre argument sur Pemezec, me dérange, je ne supporte pas le FN et Pemezec lui le supporte très bien...

Cette phrase à conclu notre entretien.
je repars en échangeant des banalités et avec l'intention de rencontrer le "Jeune et beau formaté par Pemezec" mais sans être emballé.

Déçu par ce premier contact avec le "milieu" j'apprends que Christian Delom se présente, je passe à sa permanence, il est là, je lui expose les motifs de ma visite. Il m'écoute silencieusement. Ce silence m'intimide un peu, il le remarque et me propose un café, l'ambiance se détend et il m'explique les raisons des carences sociales de la ville et les moyens d'y remédier. Intarissable, il décline les thèmes de sa campagne et sa vision de Clamart et de la région. Sur beaucoup de sujets, j'apprends.

Mon choix est fait. Un candidat démocrate et social, à l'écoute et sachant répondre aux questions diverses sans détour, ça me
convient. Au fil de la campagne, je serais conforté dans mon choix de soutenir Christian Delom. Un homme pragmatique et humain.

Il m'explique la façon dont se déroule une campagne, je lui précise que je me rendrai aux réunions publiques de PK et que je veux une liberté de parole totale, amusé, il me précise qu'il n'a pas l'habitude de museler ses militants.

j'userai largement de cette liberté...comme lors d'une réunion au quartier gare au sujet d'un accueil pour SDF sur lequel un tract anonyme abjecte avait été distribué. Ça ne venait ni du PS ni de chez nous. Alors de qui? Chacun se fera son opinion!

Sur Berger, je pense à cette époque que malgré ses maladresses et sa soumission a Pemezec, il pourrait être un bon maire si il est bien entouré. C'est dans cet esprit que je pèserais au maximum en faveur de la fusion de la liste de CD avec celle de JDB.
Je le regrette aujourd'hui car Christian Delom et Francis Pian y étaient opposés mais ils étaient aussi tenus par une promesse faite a l'ensemble des co-listiers de soumettre au vote de la liste la position à adopter pour le second tour. Vous connaissez la suite.

En 2009 une famille Clamartoise à été expulsé, je me suis d'emblée posé en première ligne. Encore une preuve que PK n'était pas l'homme du social à Clamart.

J'exerce aussi ma liberté de parole et de ton chez Jean Didier Berger comme lors de sa réunion publique avec Pemezec et en invité d'honneur Jean Sarkozy.

J'ai pris la parole et expliqué que sur le logement, Berger avait une point de vue inadapté à Clamart et que sa façon bornée de gérer son rôle dans l'opposition était improductive et exempte de proposition constructive. J'ajoute qu'il devrait se remettre en question et considérer l'intérêt général plutôt que ses intérêts bassement politiciens . après la réunion, Pemezec était agacé mais Jean Sarkozy était ouvert, il m'a questionné sur la ville, échangé quelque propos...
sur un ton dégagé ou le tutoiement s'est installer de suite à son initiative.

Cette liberté s'est une fois dirigée indirectement contre Christian Delom Lorsqu'il s'est agit pour Christian Delom et Francis pian de rejoindre l'actuelle majorité j'ai réagit vivement. Comme Je ne cautionnais pas, je voulais le faire savoir. Un article? Oui pourquoi pas!
Finalement, ce fut la co-signature d'une tribune municipale. Je ne partageais pas certaines critiques tant infondées qu'à visée électoraliste mais ceci étant l'hostilité a ce ralliement avec la majorité constituait la ligne directrice du texte.

De 2007 à aujourd'hui, j'ai fait divers articles sur des sujets de société faisant débat.
mariage homo, gay pride, burka, prise en charge de la fin de vie...

Voilà pour le passé mais c'est l'avenir qui nous intéresse.

J'y reviendrai prochainement.
A bientôt.