Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2009

Entre principe de précaution et isolement, quel monde?


Le maire de Clamart a décidé de retirer plusieurs antennes relais au nom du principe de précaution.
Les études sur la nocivité de ces antennes sont contradictoires mais
certaines recherches montrent tout de même que les ondes ne sont pas totalement sans effet sur l’évolution de certaines cellules.
Certains cas de cancer sont suspects mais il est intéressant de rappeler cette affaire relayée par le Journal du Dimanche, une famille entière demeurant à St Cloud se plaignait de symptômes apparus depuis l’implantation d’une antenne relais en face de leur immeuble : fatigue intense, saignement de nez, goût métallique dans la bouche. La famille a posé sur ses fenêtres des filtres de protection (cela existe) pourtant un communiqué d’Orange précise que ces nouvelles antennes n’étaient pas encore en service. L’antenne mobile installée depuis le mois de mars dernier n’a jamais fonctionné car le raccordement au réseau électrique n'a eu lieu que le 10 avril dernier alors que des riverains décrivaient des troubles antérieurs à cette date.
De plus, la date de mise en service des antennes relais n’était pas encore programmée.
Un bel exemple de troubles psychosomatiques!
L'impossibilité de connaître les effets à long terme de l'exposition aux radiofréquences (RF) doit conduire à prendre toutes les précautions nécessaires en préservant notamment les écoles mais sans impacter la qualité du réseau portable car moins un téléphone cellulaire capte aisément, plus la quantité d‘onde dégagée est importante
Celui-ci est collé à l'oreille, aussi l'énergie absorbée est bien supérieure à celle résultant de la proximité d’une antenne relais.
C’est ainsi que le maire de Clamart  démontre sa méconnaissance technique sur le sujet. Dans le cas où la dangerosité des ondes « RF » est avérée, le maire met en danger la population. Constatons que sous couvert de sécurité accrue, le boomerang se retourne contre les habitants. Ce sont eux qui subiront les conséquences d'une décision prise juste avant les élections.
Il est souhaitable pour l’ensemble de la population que des antennes de puissance plus faible et mieux situées soient installées.
C'est le dialogue qui doit l'emporter et non l'affirmation péremptoire, voire démagogique.
Le rôle d'un maire sur une commune est d'assurer l'équilibre entre la sécurité et l'exercice des libertés publiques comme celle de la communication. A Clamart, tout reste à faire!