Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2009

Le logement, pierre angulaire de la vie sociale.

Beaucoup d’entre nous peuvent restreindre leur train de vie face à la crise qui est loin d’être terminée.

Il est envisageable de faire ses courses dans des enseignes moins chères…

Il nous est possible de différer quelques achats, sur le fond superflus, voire d‘y renoncer.

En revanche, il reste un élément indispensable à chacun d’entre nous.

C’est le logement!

En effet, le logement constitue la pierre angulaire de notre vie sociale, familiale, amicale.

Sans logement, on n’a plus rien, on n’est plus rien. Moi qui ai été SDF avec ma mère durant six mois et qui ai été confronté à l’ignorance cynique du maire de Clamart face à notre situation, je sais de quoi je parle.

Lire la suite: http://www.udf-clamart.com/ 

 

 

05/01/2009

Insécurité, le maire va-t-il réagir?

L’affaire des coups de feu sur le haut Clamart, le radar et les voitures incendiés sans compter les atteintes au personnes sont révélateurs de l’existence de problèmes de délinquance sur le haut Clamart.

Les statistiques disponibles au commissariat de Clamart ne veulent rien dire, les victimes ne portent pas systématiquement plainte soit par crainte de représailles soit parce que les victimes savent que le parquet classera leurs plaintes sans suite. Imaginez la victime qui porte plainte, l’auteur présumé est entendu puis classement sans suite puis représailles. Bref, le doublé gagnant.

La police nationale, est de bonne volonté mais en sous effectif cela ne dépend pas du maire cependant, le premier magistrat de la ville « P.K »a le devoir de maintenir la sécurité de ses administrés ainsi que celle des équipements publiques.

Il est possible qu’un jour, suite à une affaire X ou Y, P.K se retrouve poursuivie à cause des carences de sa politique de sécurité.

Une police municipale, « idée commune à C.D et J.D.B sur le fond mais pas sur la forme » ne serait que bénéfique mais insuffisante car pour être efficace, il faudrait environ 100 fonctionnaires ce qui est économiquement impossible.


Les origines de la délinquance sont multiples et celle-ci ne sera éradiquée qu’en agissant sur l’ensemble de ses causes.

En premier lieu, il est nécessaire d’augmenter les effectifs dans les établissements scolaires et améliorer la formation des enseignants pour un meilleur encadrement. En effet, l’éducation commence dés le plus jeune age. Dans le même registre, celui de la prise en charge éducative, il serait bon que les familles soient aidées dans l’éducation de leurs enfants.
On s’aperçoit qu’il y a souvent de grandes difficultés sociales dans les familles d’enfants à problèmes, les parents sont dépassés. Dans ce domaine le rôle des éducateurs de rues, des associassions de terrain etc., peuvent jouer un rôle pacificateur a condition là encore que le personnel soit formé convenablement et en effectif suffisant.

Il est impératif également de prendre en compte qu’une des origines de la délinquance est la consommation ainsi que le commerce de stupéfiants « pétard et ou autre ». Là aussi la prévention et l’éducation mais également la répression.

En effet, si les petits dealers consommateurs peuvent bénéficier de la clémence de la justice, ils se fournissent bien chez un demi grossiste et lui-même chez un grossiste. Certes remonter les filières n’est pas chose aisée mais une loi exonérant de toutes poursuites judiciaires les petits dealers contre le nom et surtout le numéro de portable de son demi grossiste est une idée à étudier. ( le numéro de portable permet de photographier le réseau)

Il est vrai que P.K se livre à un véritable clientélisme dans le haut Clamart et qu’il ne fait rien pour que la police et la justice mettent leur nez sur le haut Clamart.
Cette attitude pour le mois laxiste et préjudiciable encourage les délinquants les plus chevronnés et montre le mauvais exemple aux petits caïds des bacs à sable qui remplaceront les aînés en plus grand nombre et ce dans un sentiment de toute puissance. C’est ce qui existe déjà dans de nombreuses villes de banlieue. Bravo P.K.