Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2008

Soyons humain

Un des sujets les plus tabou de notre société est l’euthanasie.

En effet, tout se qui touche à la morte nous fait globalement peur car cela nous revoie à notre propre mort ou celle de nos proches. Je n’échappe pas à cette règle, l’idée de la mort et de la maladie me terrorise au plus haut point.

Cette peur viscérale ne doit pas occulter le fait que nous ne sommes pas égaux devant la mort, certains d’entre nous décèderons jeunes, d’autres très âgés. Le moment venu se passera de façon paisible, sans souffrance, sans s’en rendre compte.

D’autres trépasseront lentement, dans la déchéance, la souffrance en conscience que la médecine ne peu plus rien pour eux. C’est à ses dernier dont personne ne sait si il en fera parti que je pense.

Quand la médecine ne peu plus sauver ou prolonger la vie en maintenant un état de dignité physique et psychique. Quand la personne ne supporte plus les souffrances et demande, implore qu’on ai pitié d’elle, qu’on la laisse partir dignement, ou se trouve la légitimité de s’acharner à appliquer des traitements lourds et douloureux, que les médecins comme l’intéressé (e) savent devenus inefficaces?

Quand doit-on accéder à cette demande?

Selon moi, quand la médecine est devenue irrémédiablement impuissante contre la maladie et ces conséquences, que le ou la malade en fait la demande répété.

Comment gérer la composante religieuse?

Ce n’est pas aux médecins de prendre cet élément en charge, ni à la famille et ou aux proches mais à l’intéressé qui doit être le seul à prendre en compte ce paramètre. La foi est une affaire personnelle, intime et doit le rester, même face à la mort.

Comment et qui peut déterminer s’il convient d’accéder à une telle demande?

Cette décision doit être prise collégialement. Ce collège doit être composé: Du ou des médecin (s) ayant suivi l’évolution de la pathologie étant à l’origine le l’état de la personne.

L’avis d’un psychiatre s’étant entretenu plusieurs fois avec la personne est impératif afin de déterminer si la demande de mourir est véritablement encrée et si il n’y a pas derrière un appel au secours nécessitant un autre type de prise en charge « prise en charge psychologique » L’avis du médecin traitant est également nécessaire car il est le membre du corps médical qui connaît le mieux la personne.

Il serait également souhaitable qu’un médecin expert se prononce.

J’ajoute que la famille et les proches doivent être entendus si ils le souhaitent mais aucunement décideurs. Une telle décision ne doit en aucun cas peser sur les proches compte tenu de la charge affective. De plus, il est impératif qu’aucune pression ne puisse avoir lieu de la part de l’entourage.

En ce qui me concerne, je souhaite vivre le plus longtemps possible mais si un jour je me trouve dans cette situation, j’espère que la législation aura changée, que je ne serai pas obligé de supplier mes proches de m’offrir cette ultime aide, cette ultime preuve d’amour ou d’amitié tout en craignant qu’ils subissent des poursuites judiciaires.

Je suis contre la peine de mort mais quand la vie est devenu une souffrance intolérable je suis aussi contre la peine de vie.

 

 

Commentaires

Je suis de votre avis.C’est un sujet tabou,merci à vous de l’évoquer.Je regrette que le nombre de commentaire ne soi pas en rapport avec la qualité de votre exposé.Sachons être patient.

Écrit par : Max,10 points. | 19/11/2008

Bonjour et merci de votre commentaire sur maVéritésur (ma fille Coralie a été euthanasiée...).
Merci aussi de vous être exprimé sur ce sujet délicat dans cet article.
Cordialement.
Silviane Le Menn

http://www.abadennou.fr/dossier_euthanasie.html

Écrit par : LE MENN | 03/08/2013

Le sujet me passionne et fera dorénavant figure de référence !

Écrit par : parie sportif | 27/05/2014

Avoir un blogging souvent à jour est très important pour garder le contact avec ces internautes, tout comme les commentaires c'est pour ça que on vous laisse ce commentaire pour vous encourager.

Écrit par : La suite? | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.