Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2008

Tolérance et respect!

Depuis 3 semaines, il m’était proposé de participer à la gay pride, J’étais plus que retissant, en effet, jusque à maintenant, ce défilé était pour moi un rassemblement de caricatures de l’homosexualité ou seul étaient présents les travestis extravertis rivalisant de strass et de paillettes ce qui participe à la stigmatisation de la population qu’elle représente et est sensée défendre. Il n’en est rien, c’est comme pour le cirque, les medias nous montrerons toujours le clown … dommage!

Force est de constater que les hommes et les femmes approchent différemment la sexualité. Les hommes sont plus enclins à multiplier les conquêtes sans toujours y parvenir puisque les femmes majoritairement cherchent un partenaire fixe.Bien sur, ceci n’est pas une règle immuable mais une tendance très nette qui démontre que sur ce point, comme sur d’autres, les hommes gays sont à l’identique des hommes hétéros.

Une des critiques les plus fréquentes sur les hommes gays, mis à part des manières féminines qui proportionnellement sont très minoritaires, est la multiplicité des partenaires. Je cautionne cette critique, elle est juste a plus de 80 pour cent.

Une foi ce constat effectué, il convient de s’interroger sainement et considérer cette attitude qui laisse dubitatif. Une des erreurs les plus fréquentes est de qualifier ce comportement par des termes péjoratifs dévolus d’ordinaire aux femmes dites de petite vertu. C’est pourtant un comportement très masculin. En se qui concerne les femmes qui aiment les femmes, le constat est le même, elles recherchent d’avantage une relation suivie et stable donc aspiration très féminine.

Il y a une étude célèbre réalisée au Etats-Unis qui corrobore ce constat:

Plusieurs hommes et femmes représentant divers types physiques parmi les plus appréciés se sont rendus en camera caché sur un campus pour proposer à un grand nombre d’étudiants et d’étudiantes purement et simplement de coucher pour un soir. Les femmes ont presque toutes refusé inverse pour les hommes.

Les psychologues et anthropologues explique cette différence par le fait qu’au cours de l’évolution, les femmes recherchaient avent tout et ce de façon inconsciente un père potentiel possédant des caracteristiques de force et de résistance (En ces temps lointains, les hommes chassaient pour nourrir leurs familles et protégeaient celles-ci.) ces temps sont certes révolus mais il en subsiste quelques vestiges)

Revenons à notre époque. Il est important de reconnaître que la sexualité est avent tout biologiquement la fonction reproductrice mais l’espèce humaine est depuis bien longtemps tournée vers la recherche du plaisir. Doit-on le déplorer? Je ne le pense pas, dés l’instant ou les limites du raisonnable ne sont pas dépassés, c’est à chacun de nous de les définir pour soi même, pas pour les autres.

Il y a divers façons de considérer son ou sa partenaire, plusieurs approches: sensuelle, bestiale, directif, velléitaire égoïste altruiste…et ce que l’on soit un homme ou une femme.

J’ajoute que le cliché actif passif est très relatif, d’une part, certains hommes sont adeptes de cette typologie de rapports avec leur femme, de plus, dans les couples homos, un avis à l’emporte pièce sur qui fait quoi peut être totalement erroné, la virilité n‘a rien à voire avec les pratiques sexuelles.

L’homophobie a pour origines:

La peur de sa propre ambivalence qui peut s’exprimer de diverses façons. Les disciples de Freud expliquent que le phénomène de bande que l’on rencontre partout est l’expression inconsciente d’une homosexualité refoulée ou non assumée. Idem pour les supporters footballistique ou les pires homophobes écoutent en transe le groupe Qeen en occultant que son leader était homo.

Une autre raison est qu’en affichant une homo tolérance ou plus, une homophilie, on s’expose à la suspicion. Une sorte de reliquat du (qui se ressemble s’assemble) ou du (dit moi qui tu fréquente je te dirais qui tu es.

Il y a également des raisons éducatives qui pèsent lourdement sur ce sujet, nous sommes dans une société judéo-chrétienne ceci étant, la majorité des religions condamnent l’homosexualité. Il est intéressant de souligner que leurs instances sont machistes et composées presque exclusivement d’hommes fonctionnant en vase clos.

Enfin il y a un autre paramètre qui est très proche du racisme primaire que l’on peu résumé par:

Celui là, il aime les mecs, il n’est pas comme moi donc je ne l'aime pas. C’est identique à:

Celui là, il est noir, arabe chinois… il n'est pas comme moi, donc je ne l'aime pas.

Je précise s’il en était besoin qu’en effet, mon opinion sur les hommes qui aiment les hommes et les femmes qui aiment les femmes est que mis de coté cette différence de goûts entre hétéros et homos, les différances sont très faibles, un homme reste un homme et une femme reste une femme avec ces forces et faiblesses.

Rappelons qu’une des premières causes de suicide chez les jeunes est la non acceptation de son homosexualité par soi même et ou dans le cercle familiale.

À mon sens, être démocrate, c’est aussi prendre conscience que c’est l’ensemble des minorités qu’elles soient ethniques, culturelles, sociales, d’orientations sexuelles, religieuses… qui forme la majorité à laquelle nous appartenons tous et toutes.

Encore un mot, il ne faut jamais oublier qu’on ne choisi pas tout dans la vie, on ne choisi pas d’aimer le rouge ou le bleu pas plus que l‘on choisi d‘être sensible à la grasse de sa charmante voisine ou au sourire de son beau collègue.

Quel bonheur d‘enlacer, d’embrasser, d’échanger de subtiles caresses durant une étreinte sensuelle ou chacun est attentif aux sensations de l’autre.

Quelle importance qu’il s’agisse d’un homme et une femme, de deux hommes ou de deux femmes?

Pour moi, aucune!